La pollution atmosphérique par les particules en suspension a réduit l’espérance de vie dans l’Union européenne de 8,6 mois en moyenne en 2000, a affirmé, hier, à Berlin, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en soulignant l’urgence d’appliquer les réglementations antipollution dans l’UE. Selon l’agence de l’ONU, la réduction de la mortalité imputable à ce type de pollution engendrerait un gain annuel de 58 à 161 milliards d’euros, et le coût des maladies dues à ces particules diminuerait de 29 milliards par an.
(300 visites)
Réagir à cet article