ACTIONS

ACCUEIL > EN LUTTE > INTERMITTENTS / CHÔMEURS
AFP | 01.01.04 | 18h57

Des intermittents du spectacle occupent la Villa Médicis à Rome

Une quarantaine d’intermittents du spectacle occupent depuis jeudi matin la Villa Médicis, l’Académie de France à Rome, pour protester contre la réforme de leur système d’indemnisation du chômage, a constaté un journaliste de l’AFP.

"Cette occupation est destinée à lutter contre la réforme de notre assurance chômage, qui entre en vigueur ce 1er janvier", a déclaré un membre de la coordination des intermittents, qui n’a pas souhaité donner son nom. Une banderole accrochée au balcon de la célèbre villa proclame "Villa Medici occupata, pour une culture sans exception".La Villa Médicis abrite depuis deux siècles l’Académie de France à Rome. Elle héberge des pensionnaires sélectionnés par une commission pour venir perfectionner leur art dans des disciplines comme la peinture, la sculpture, l’architecture, la musique et plus récemment la photographie et le cinéma.

Les manifestants occupant les locaux de la villa ont indiqué que leur mouvement avait été lancé à l’initiative de la coordination des intérimaires du spectacle et précaires d’Ile-de-France, mais qu’il comprend également des représentants d’autres régions, notamment d’Orléans, Toulouse, Nantes et Montpellier.

Dans un communiqué transmis à l’AFP dans la soirée, le "collectif d’occupation de la villa" explique avoir décidé cette action "pour exprimer notre refus de la destruction de l’assurance-chômage et des droits sociaux en Europe". "En partant à l’assaut de cette forteresse de l’art, nous déclarons que les espaces de liberté et de création ne peuvent se voir réduits à quelques pôles d’excellence institutionnels", soulignent-ils. Notant que les pensionnaires de la villa jouissent pendant quelques mois "d’un temps non assujetti à l’emploi" pour mener des travaux artistiques sans exigence de productivité, ils ajoutent : "c’est précisément pour préserver un temps déconnecté de l’emploi, que l’on soit salarié en poste, au chômage, travailleur indépendant ou en formation, que nous sommes en lutte depuis six mois".

Le nouveau régime d’indemnisation des intermittents du spectacle, plus restrictif, doit entrer progressivement en vigueur à compter de ce 1er janvier, l’année 2004 devant servir de transition avant l’adoption du nouveau système à compter du 1er janvier 2005.Les intermittents protestent depuis plusieurs mois contre cette réforme. Leur mouvement a notamment provoqué l’annulation de plusieurs grands festivals l’été dernier (Avignon, Aix-en Provence, Francofolies de la Rochelle).

Les manifestants indiquent enfin vouloir organiser des débats à la Villa Médicis avec les acteurs de la vie culturelle et sociale italienne et ont demandé que l’ambassadeur de France en Italie leur rende visite pour transmettre au gouvernement français "leurs arguments et leurs exigences".

(514 visites)